Le dionysisme dans la Naissance de la Tragédie

Dans la Naissance de la Tragédie, Nietzsche célèbre, autour de Dionysos le mystère de l’unité primitive, l’évangile de l’harmonie universelle, dans ce retour à l’originaire, toutes les différences s’abolissent. Tous sont dieux, confondus dans un sentiment panique. L’individu dans sa particularité est aboli ! Toutes les chaînes tombent, mais c’est pour atteindre une existence transfigurée. Le … Voir la suiteLe dionysisme dans la Naissance de la Tragédie

Prométhée et Œdipe, doubles de Nietzsche

Nietzsche, en recherchant la vignette que Wagner désirait placer en frontispice à son autobiographie, (« un vautour, pas un aigle » avait recommandé le Maître) l’avait aidé à rendre un habile et discret hommage à son père méconnu. Nous ne sommes pas sans nous rappeler cet épisode, quand, à son tour Nietzsche se préoccupe de la vignette … Voir la suiteProméthée et Œdipe, doubles de Nietzsche

Naissance du couple Apollon-Dionysos chez Nietzsche

La prodigieuse rencontre qui s’est faite aux premiers moments de la réflexion nietzschéenne entre, d’une part la philologie grecque et, d’autre part, la musique de Wagner a engendré le couple Apollon-Dionysos. D’un côté, les études grecques, la vocation philologique, la « profession » philologique, devrait-on dire, car il y a là le sérieux professionnel, le sérieux scientifique, le sens historique, qui, … Voir la suiteNaissance du couple Apollon-Dionysos chez Nietzsche

Nietzsche et le Vautour (Wagner)

 En ces temps heureux, Nietzsche, jeune professeur enseignant la philologie à Bâle, a le grand bonheur d’aller souvent comme invité près de Lucerne où s’est réfugié le couple Wagner-Cosima. Il a accepté avec joie d’être le commissionnaire empressé de Bâle à Tribschen et de corriger les épreuves de l’autobiographie du maître que Cosima, vouée elle … Voir la suiteNietzsche et le Vautour (Wagner)

Le phénomène dionysiaque et l’art tragique : Hamlet

Toute ivresse n’est pas dionysiaque. Un des premiers effets de l’ivresse dionysiaque est de rompre le cours ordinaire du raisonnement et de changer l’aspect extérieur des choses. A vrai dire quand Nietzsche parle de cette rupture dans le cours ordinaire des choses, il se réfère à Schopenhauer décrivant la terreur qui saisit l’homme quand l’explication … Voir la suiteLe phénomène dionysiaque et l’art tragique : Hamlet

Pourquoi Baubô a-t-elle fait rire Déméter ?

C’est Nietzsche qui m’a fait rencontrer Baubô. Il en a parlé une seule fois, à la fin de la préface composée en 1886 pour la deuxième édition du Gai Savoir. Mais quand il rassembla les pièces du dossier Nietzsche contre Wagner, le dernier ouvrage dont il aura préparé la parution, il prélèvera ce même passage … Voir la suitePourquoi Baubô a-t-elle fait rire Déméter ?

Dionysos philosophos

En passant de la Naissance de la Tragédie, à Humain trop humain, on voit Nietzsche renverser radicalement son interprétation des relations musique-poésie, et ne plus considérer que le sens totalement contenu dans la musique puisse venir d’elle au poème, mais à l’inverse, décider que c’est à la suite de leur longue coexistence, que le sens … Voir la suiteDionysos philosophos

Nietzsche et sa vocation musicale

Le démon de la musique vient visiter Nietzsche à des moments particulièrement pathétiques et créateurs. Il compose la Sylvester-Nacht et la Manfred-Meditation après la Naissance de la Tragédie, et l’Hymne à la Vie après le Zarathoustra, en quelque sorte par surcroît, aux instants d’intense créativité pour doubler les œuvres poétiques et comme les recouvrir d’une … Voir la suiteNietzsche et sa vocation musicale

Nietzsche et la religion

L’exemple le plus élaboré de la méthode généalogique de Nietzsche est celui qui se propose précisément de déceler la racine religieuse de la maladie moderne. Qu’est-ce qui s’est passé pour que la vie soit ainsi dévaluée et devenue malade ? On a le résultat de deux opérations : une opération de dénaturation et une opération de falsification … Voir la suiteNietzsche et la religion

Nietzsche et Parménide

Parménide suscite de la part de Nietzsche une intensité de réaction tout à fait étonnante. Nietzsche présente Parménide dans un portrait qui fait contraste avec celui d’Héraclite. Parménide, c’est l’autre d’Héraclite, l’opposé, l’ennemi. En face d’Héraclite extatique, sortant de soi, sachant tout sans rien apprendre par divination et don d’ubiquité, sans dieu ni maître, qui … Voir la suiteNietzsche et Parménide

Nietzsche et Wagner

Wagner a été la passion exclusive et dévorante de Nietzsche. Son formidable effort pour faire de lui un adversaire, c’était pour pouvoir naître à lui-même, récupérer son âme et son corps ravis par le Minotaure. A cet égard, la figure énigmatique d’Ariane, apparue à plusieurs reprises dans les posthumes, toujours liée à Dionysos défie les interprétations. … Voir la suiteNietzsche et Wagner

L’animal à énigmes

Le premier souci de Nietzsche a été généalogique. Il commence sa réflexion philosophique par des problèmes de naissance. Il ouvre la Naissance de la Tragédie sur la promesse d’un progrès décisif en esthétique permis par « l’intuition que l’évolution de l’art est liée à la dualité complice de l’apollinien et du dionysiaque », insistant et précisant aussitôt … Voir la suiteL’animal à énigmes

Nietzsche et la pensée du Double

Toute la pensée de Nietzsche tourne autour du double. Toujours vient s’insinuer ce Même qui est l’Autre, cet Autre qui est le Même, ce moment de vertige qui saisit quand on est au plus près de l’insondable différence, de cet écart irréductible de la non-coïncidence, de l’imperceptible décalage. Zarathoustra, c’est surtout le double de Nietzsche, … Voir la suiteNietzsche et la pensée du Double

L’éternel retour

Si nous exceptons une obscure allusion faite dans La Naissance de la Tragédie, à la résurrection d’un troisième Dionysos[1], si nous remarquons combien l’étrange double effet d’horreur et de joie mêlées, ressenti par Héraclite à la révélation du devenir éternel[2] anticipe d’étonnante façon l’effet que provoquera sur Zarathoustra, la révélation de l’Éternel Retour, il nous … Voir la suiteL’éternel retour

Nietzsche et les femmes

Les demandes en mariage de Nietzsche sont particulières. On en connaît au moins deux. Elles ont en commun d’être adressées à des étrangères, en l’occurrence de jeunes russes, d’être tout à fait soudaines et curieusement médiatisées par un tiers, lui-même amoureux de la jeune fille, de s’accompagner d’enthousiasmes poétiques et d’être refusées sans causer beaucoup … Voir la suiteNietzsche et les femmes

Nietzsche entre le satyre et Socrate

Nietzsche au commencement de son œuvre est pris entre deux figures inversées, – deux images – spectacles, deux « visions » que suscite en lui le dieu visionnaire Apollon sous l’emprise de l’ivresse dionysiaque : entre l’image du « satyre », pur débordement de sensibilité, de sensualité, de l’homme en plein accord avec ses instincts – être purement « démonique », bête … Voir la suiteNietzsche entre le satyre et Socrate

Nietzsche et Parsifal

Nietzsche a longtemps différé l’écoute de Parsifal. Bien sûr, il n’est pas allé à Bayreuth. Car si l’envoi de Parsifal a sonné comme le cliquetis de l’épée de Wagner croisant celle d’Humain trop humain, dans un duel, il ne s’agit encore que du livret. Mais Nietzsche qui n’a déjà pas pu supporter les représentations de … Voir la suiteNietzsche et Parsifal

Nietzsche et la musique de Wagner

Il ne s’agit pas pour Nietzsche de dénier l’extraordinaire pouvoir de Wagner, mais il est vital pour Nietzsche de pouvoir le dépasser, s’en distancer. Mieux, il faudrait  pouvoir en percer le secret, s’emparer de la formule du tout-puissant enchanteur. Pour Nietzsche incontestablement l’espoir mis en Peter Gast est de cet ordre. Peter Gast n’est pas … Voir la suiteNietzsche et la musique de Wagner

Jusqu’au Zarathoustra (éléments biographiques)

Nietzsche naquit « comme plante près d’un cimetière », en tout cas dans un presbytère, où son père était pasteur, en Prusse à Röcken, le 15 octobre 1844. Sa mère, Franziska Oehler, est fille de pasteur. Mais plus que de ce lignage de pasteurs allemands, Nietzsche s’honora d’improbables ascendants polonais. Son père Karl Ludwig fut, quelque temps, … Voir la suiteJusqu’au Zarathoustra (éléments biographiques)